16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 12:33
Photo : Lodovicus Nym

Photo : Lodovicus Nym

Depuis mon activité de modèle, il ne se passe pas un jour sans qu'un photographe ou une modèle ne se plaigne d'avoir été censuré pour un téton qui dépasse (et encore) ou une image soit-disant trop évocatrice... Bizarrement le géant du réseau social possède un algorithme qui relève de l'éternel point d'interrogation, pour peu que l'on aie été signalé pour des raisons qui ne relèvent absolument pas de nudité (rivalités entre modèles ou entre photographes, jalousie, crêpages de chignon, lâché de greluches...).

Soit. On conteste puis on s'insurge, direction "Espace assistance". Parfois ça marche, souvent ça ne marche pas, là où il semble bien compliqué de gérer la vie entière exposée de tous les adeptes de Facebook, cependant :

 

Cachez-moi donc ce téton que je ne saurais voir ! 

On ne va pas revenir là-dessus ! Si si... Un téton masculin ne choque pas. Les messieurs ont le droit en toute impunité de poster des photos de leur torse nu et teats poilus sans avoir à craindre de jugement en cours de castration Facebook. Un sexisme volontaire qui nous renvoie à l'inégalité des sexes et à toute l'Histoire des femmes en général, qui doit encore faire grève à partir de 16h34 pour prétendre aux mêmes salaires que leur alter ego aux services trois pièces. Bien... soyons donc conciliant : si l'excroissance de chair dont nous disposons (bon... je n'ai pas une énorme excroissance c'est vrai), celle-là même qui vous nourrit petit et vous réjouit plus grand, perturbe votre équilibre psychologique, vous indigne et vous chatouille le prépuce au point qu'il faille les cacher, nous allons donc flouter les accusés. 

 

Sans vouloir plagier l'Origine du monde, le réseau social semble malgré tout passer complètement à côté de la notion d'Art. Petite recherche Wikipédia : "Le nu ne s'est constitué comme une catégorie de la critique d'art qu'au début du XXè siècle.  Auparavant, on parlait de « nudités » lorsque des corps apparaissaient sans vêtements dans une œuvre d'art. Pour L'Académie royale de peinture et de sculpture, dont les classements ont eu force de loi jusqu'à la Révolution française, les nudités n'étaient justifiées que dans la peinture religieuse ou de mythologie ou les allégories qui constituaient le domaine réservé de la peinture d'Histoire. Le XIXè siècle est une époque de remise en question de ces conventions." 

 

Conclusion, nos sociétés occidentales aujourd'hui laïques, se réservent le droit sous des supports supposés laisser libre court à l'expression, de juger que le téton féminin ne peut en aucun cas être représenté dans l'Art... En revanche à chaque drame, à chaque attentat, nous avons droit aux images les plus dégueulasses et les plus cruelles sur les réseaux sociaux, sans aucune décence, sans aucune censure, car oui, les familles des victimes aiment à voir remuer le couteau dans les plaies béantes...

 

 

Les stigmates d'une période pourtant révolue.

En réalité nous n'évoluons pas dans une société tout à fait laïque et encore moins en ce qui concerne l'égalité des sexes. Si l'Eglise s'était réservée le droit du nu dans le domaine de la peinture d'Histoire, il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui la Femme (oui Eve, la pétasse responsable de tous nos maux), constitue un élément de désir, de plaisir et donc de péché, ce qui a particulièrement le don d'énerver les puritains et conservateurs qui préfèrent croire que la femme enfante mais jouit en silence et surtout, ne procure aucun plaisir visuel sain parce que le sein d'une femme, ça chatouille bien trop le zizi pour être sain. D'ailleurs tout le monde le sait, la maman de Jésus était vierge et avant Eve, il n'y avait pas de chaos et encore moins d'Hommes préhistoriques qui copulaient partout comme de gros dégueulasses... 

 

Bebarock

Photo VLR Photographie.

 

 

Rétrogradons-donc dans le puritanisme, laissons aux élites le choix de ce qui est l'Art, fermons les yeux sur l'origine du monde et n'accordons surtout pas le droit à l'expression aux artistes d'aujourd'hui, comme ça nous pourrons poursuivre au nom de cette prétendue liberté hypocrite, parsemée de leçons de moral, quand nous tenons absolument à déshabiller certaines communautés et à rhabiller les tribus... Ah bah oui j'oubliais qu'ici, en guise d'exemple il fallait un juste milieu, autrement ça n'est pas légitime mais "normal" qu'une jeune femme en mini-jupe suscite des envies de viols.

 

 

Le corps.

La possibilité d'envisager le corps d'une femme autrement qu'un bout de viande n'est décidément pas ancrer dans les moeurs occidentales, quoi que nous nous vantions d'une quelconque évolution. La beauté de la femme au-delà des générations et des périodes, l'Histoire que l'humaine a à raconter au-delà du désir et quand bien même, est pourtant essentielle à l'équilibre social si nous ne voulons pas poursuivre dans les dictas imposés et si nous voulons laisser un héritage vrai et libre, qui saura conter l'Histoire. Pardonnez mon impudeur si je me trompe... 

 

Bebarock

 

 

Repost 0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 14:58

Bebarock by Célia

Dessin par Célia.

Voilà déjà un an que je pose ça et là face aux objectifs de plusieurs artistes photographes. Entre Paris et la Belgique, mon expérience de modèle m'aura permis d'appréhender mes émotions, d'apprivoiser mon corps de femme et surtout, j'ai pu découvrir à travers chaque univers photographique et ce quel que soit le style, les inspirations certaines que possède chaque artiste : période historique, mouvement artistique, influence littéraire, courant musical,  signature cinématographique... Ainsi, lors des précieux échanges que j'ai pu avoir avec les photographes, derrière leurs talents incontestables et propres à eux-mêmes,  tous m'ont permis de voyager à travers le temps, les tendances artistiques qui les imprègnent et qui m'imprègnent notamment là où je mets un point d'honneur à collaborer avec des artistes qui me "parlent" et qui m'en apprendront plus sur l'Art en général et sur moi-même.

De la Black Panther portant fièrement son béret à l'amatrice de Hip Hop, de l'aventurière qui part en Urbex à mon insatiable besoin de liberté, de mes douleurs mises en images à mes revendications, dans mon univers sombre, la femme, l'humain que je suis, flirte tantôt avec Robert Doisneau, Nan Goldin, Aimé Césaire, Gainsbourg, Simone de Beauvoir, George Sand, Angela Davis, Marilyn Manson, Wu Tang Clan... Une vie riche que je mène  aujourd'hui grâce à toutes les influences des artistes photographes avec lesquels je travaille.

Dans ce petit parcours qui poursuit son petit bout de chemin, il me fallait revenir à une source essentielle pour compléter ma vie passionnante de modèle mais surtout, pour comprendre l'essence même de la création artistique. J'ai donc postulé dans une Ecole d'Art pour poser en tant que modèle vivante. 

 

Qu'est-ce qu'un modèle vivant ?

En Art, qu'il s'agisse de photographie, de dessin, de sculpture ou de peinture, des modèles sont parfois employés dans le cadre de l'enseignement. Le modèle dit-vivant pose face à l'artiste (notamment en école de beaux-arts ou d'arts plastiques) afin de permettre à celui-ci de réaliser l'oeuvre ou l'étude du corps humain.

 

Cette première expérience :

Arrivée en salle de classe, (classe assez petite pour y percevoir distinctement cette vingtaine d'élèves en prépa), j'ai été chaleureusement et très sérieusement accueillie par la professeure qui m'indique en premier lieu le paravent où j'allais devoir oublier mes vêtements l'espace de deux heures pour permettre aux élèves de reproduire mon corps sur papier, les poses et les parties du corps qu'ils allaient scruter pendant le cours. Scruter oui... Autant vous dire qu'il ne me fallait pas être gênée par ces jeunes paires d'yeux concentrés sur moi.

Des regards qui ne m'ont absolument pas contrarié car je sais qu'elle est ma démarche et j'y crois. Ce que j'appréhendais le plus, c'était la durée pendant laquelle il me fallait coûte que coûte garder une pause, d'autant plus que je suis payée pour cette mission. Deux heures cela peut sembler long mais durant le cours, les appréciations de la professeure sur les réalisations de ses élèves, le bruit des crayons, celui du chauffage d'appoint juste à mes pieds et les regards alternés des élèves sur la "modèle vivante" , ont rythmé chacune de mes respirations, aussi étais-je sans doute tout autant concentrée. Néanmoins j'ai eu la chance d'avoir plusieurs pauses et plusieurs poses, ce qui a permis d'alléger la sensation d'engourdissement des membres.

 

A la fin du cours, je repars avec certains dessins, conquise parfois, surprise souvent... Une fabuleuse expérience que je dois renouveler très bientôt. Affaire à suivre... 

Bebarock by Calorine

Dessin par Calorine

 

Bebarock by Mégane

Dessin par Mégane.

 

Bebarock

  •  
     
Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 08:51
Inked Girl : entretien avec Leslie Wayne.

 

 

Brune incendiaire à la beauté et aux courbes authentiques, Leslie Wayne vit sa passion pour l'Urbex et la partage au travers de la photographie. Lorsque ces lieux abandonnés l'inspirent, Leslie passe alors de l'autre côté de l'objectif et prend possession des murs, du décor, s'y immortalise comme pour nous raconter de nouvelles histoires et redonner ainsi vie à l'oubli. Chaque photo capturée se voit comme par envoûtement, sublimée par son charisme et son incroyable capacité à dompter à la fois son corps et les lieux. Aujourd'hui je tenais vraiment à vous la présenter...
 
 
"Entretien avec Leslie Wayne".
 
- Présente-toi en quelques mots.
Moi c'est Leslie, j'ai 30 ans et je travaille chez un courtier en assurances. Activité qui fait beaucoup moins rêver que mon côté "artistique" c'est sûr.  Pendant mon temps libre je pratique une activité particulière, l'Urbex. En gros, ça consiste à trouver par des recherches (sur le net etc...) des lieux oubliés de tous, les explorer et surtout y prendre des photos (ma galerie urbex est sur instagram sous le compte "inkedlili"). Je suis également modèle photo lorsque le lieu m'inspire. 
 
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
 
- Depuis quand et comment es-tu devenue modèle ?
J'ai commencé en tant que modèle il y a un peu plus d'un an.
 
- D'où te vient ta passion pour la photographie ? 
Cette passion est venue peut après mon entrée dans le monde de l'Urbex. Mon meilleur ami Julien (MJ Photographies) m'a fait découvrir ce monde, qui depuis n'a jamais cessé de m'obséder.
 
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
 
- Parle-nous de ton premier shooting : 
Ce premier shooting s'est passé dans une usine abandonnée, avec un thème assez rock. Robe en dentelle et rangers.
 
- Dis-nous en plus sur tes collaborations photographiques, notamment celles avec MJ Photographies ?
Je ne collectionne pas les collaborations, je préfère privilégier la qualité à la quantité. J'ai commencé avec MJ, l'osmose avec Julien est incomparable. Depuis, j'ai réalisé plusieurs shoot, notamment avec Pixboard, Euphoria Photographies...
 
 
Leslie Wayne
@pixboard
 
 
- Lors des séances photo, comment visualisez-vous l'ambiance et les émotions à véhiculer ? 
Avec Julien  nous avons un regard identique sur le lieu et on sait déjà quel thème y imposer quelques jours avant de s'y rendre. Pour par part je travaille tout dans les moindres détails. Les poses sont testées chez moi, make-up et tenues sont également très réfléchis. Je me débrouille seule pour tous ces préparatifs.
 
 
- Parle-nous de tes tattoos : 
J'ai beaucoup de tatouages, c'est vrai, c'est également une véritable passion, façonner ma peau, mon corps, y graver des souvenirs à jamais. 
J'ai les deux pieds, deux cuisses, reins, colonne, bras gauche, poignet droit, côtes gauches, épaule droite,ventre et sternum de tatoués. Celui auquel je tiens le plus est celui le long de ma colonne : il s'agit d'un proverbe tibétain sur la famille, chose qui pour moi est le plus important au monde. Il est écrit : "Ma vie n'est pas éternelle, seul mon amour pour ma famille le restera" suivit de "L'asile le plus sur est le cœur d'une mère".
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
 
- Les grandes figures féminines qui t'inspirent : 
Angélina Jolie, pour son courage, sa dévotion, sa beauté.
 
 
- Tu sembles très à l'aise et très "souple" dans tes mouvements. Pratiques-tu un sport ou un art corporel qui t'aide en ce sens ?
Etant plus jeune j'ai pratiqué la gymnastique rythmique pendant quelques années. Depuis je suis toujours restée très sportive (fitness, renforcement musculaire) mais rien de très spécial, je pense avoir une certaine souplesse naturelle.
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
- Si tu avais un message à faire passer aux femmes qui ne sont pas à l'aise avec leur corps, ce serait lequel ?
Je dois dire que moi-même je ne suis pas forcément à l'aise avec mon corps, il y a des jours avec, et des jours sans. La photographie m'a justement aidé à me sortir de ces complexes qui nous hantent, nous les femmes. Personne n'est parfait, il faut juste réaliser à quel point nous sommes toutes belles, à notre façon. Tirer partie de nos point forts, et mettre nos points faibles de côté.
 
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
 
 
- Que pense ton entourage de ton activité de modèle ?
Mes parents sont très fiers de mon évolution, ils n'en reviennent toujours pas, que leur petite fille fait des photos si "pro". A chaque repas de famille on ne parle que de ça, ce qui n'est pas pour me déplaire. Leur soutien me permet de me dépasser toujours plus !
Mes amies sont également ravies que je puisse m'épanouir autant, et me pousse toujours à continuer dans ce sens !
 
 
- Tu dégages une certaine assurance et tu sembles être une femme forte et déterminée. Comment décrirais-tu "Leslie Wayne" en quelques mots ? 
Je n'aime pas vraiment parler de moi, je suis trop modeste. Je pense que Julien pourrait témoigner plus efficacement.
Mais je pourrais me résumer en quelques mots : battante, déterminée, sensible, passionnée, différente, caractérielle.
 
 
Leslie Wayne
 
 
Leslie Wayne
- Ce que tu écoutes :
La musique que j'écoute dépend de mon humeur, en général j'écoute un peu de tout. Mes albums du moment sont ceux de Rihanna, The Weeknd, Drake, Julien Doré. Très rnb tu me diras, mais vraiment, j'écoute de tout. J'aime découvrir des nouveaux univers au quotidien.
 
- Tes lectures : 
Je n'ai pas vraiment le temps de lire en ce moment, mais lorsque j'ai un peu de temps, j'aime lire des livres du style de "Demain j'arrête" de Gilles Legardinier.
 
- Un coup de gueule ?
Dire non à la dictature de la maigreur dans le monde de la photo ... une femme avec des rondeurs c'est tellement plus joli... Et oui un certain nombre de photographes ne souhaitent travailler qu'avec des modèles très minces, ce qui n'est pas mon cas et je le revendique. 
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Leslie Wayne
 
Voir aussi : MJ Photographies
 
 
Bebarock
 
Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 11:30
Lever le voile...

   Voilà plus de 6 ans que mon aventure a commencé avec vous. De mes rares coups de gueule à mes fréquentes futilités, de mes 28 ans à mes 34 ans aujourd'hui, je vous aurais aussi conté les méandres de ma vie de mère et de femme avec franchise, néanmoins sous la pudeur de l'anonymat. Se montrer sur la toile, la manière d'appréhender son image, doit être à mon sens une décision mûrement réfléchie. C'est donc après six années de réflexions, six années pendant lesquelles ma vie a changé du tout au tout (en partie grâce à vous) et six années de mails où vous m'avez gentiment demandé à quoi ressemblait celle qui se cachait derrière "Be BaRocK", que j'ai décidé de lever le voile et de me mettre à nu, acceptant désormais ainsi de vous dévoiler mes douleurs, mes peurs, mes chagrins, mes forces, mes contradictions, mes éternels combats contre moi-même et mon combat ultime pour la liberté des femmes tout autant que pour ma propre liberté. 

 

 

   Afin de tourner cette page et d'en ouvrir une toute nouvelle avec vous, j'ai tenu à m'entourer des meilleurs. J'avais vraiment envie de faire ressortir mes émotions, mes revendications et lorsque j'ai fait la rencontre de Pixboard (dont je vous avais parlé ici), j'ai tout de suite su que c'était lui, l'homme de ma "transition" et de mon image, mais aussi celui avec lequel je nourris aujourd'hui un tas de projets.

 

   Accompagnée de Pixboard,  VLR, notamment artiste photographe et de Pika Lilli, une jeune modèle fantastique dont je vous parlerais très bientôt, je me suis rendue dans un lieu qui m'était inconnu, tant je voulais me retrouver face à moi-même et face à mes émotions pour mieux me livrer à vous.

Une expérience qui fut bien compliquée au départ : la robe, les talons... tout ça.. c'était tellement superficiel, ça n'était tellement pas moi dans le fond, que quand je regardais VLR dans les yeux qui me disait : "Allez Beba... c'est de toi dont il s'agit, de tes douleurs et de tes forces, le reste n'a aucune importance", alors j'ai tout oublié, les jugements, les regards, les aprioris, qui de toute façon n'ont plus de place dans ma vie et encore moins lors de la séance photos.

 

   Entre la présence charismatique et expérimentée de Pika, le flair et le talent indiscutable de Pixboard, la complicité et la confiance que VLR a su établir comme s'il me connaissait depuis toujours et avec ce pouvoir qu'ont les deux artistes de faire ressortir et de capturer les féminités les plus réelles, les sentiments les plus profonds, les plus intimes, les plus violents... c'est juste un bout de ma vie que j'ai laissé échapper lors de cette séance en Urbex, au milieu des fantômes qui y subsistent déjà. 

 

 Des sentiments que je partage avec vous librement aujourd'hui et très bientôt, je vous ferai part d'autres images capturées.

 

 

Black Panther Party Woman Bebarock by Pixboard.

Photo par Pixboard.

 

 

 

Bebarock by Pixboard

Photo par Pixboard.

 

 

 

 

Bebarock by Vincent Monochrome

Photo par VLR.

 

 

 

 

Bebarock by Vincent Monochrome

Photo par VLR.

 

 

 

 

Bebarock by Vincent Monochrome

Photo par VLR.

 

 

 

 

Bebarock by Vincent Monochrome

Photo par VLR.

 

 

 

 

Bebarock - Vincent Monochrome - Pixboard - Pika Lilli

L'équipe du jour.

 

 

 

 

Bebarock - Vincent Monochrome - Pixboard - Pika Lilli

De gauche à droite : Bebarock, VLR, Pixboard, Pika Lilli.

 

My tattoo by U-MAN ARTMonsieur.LION.

 

 

Bebarock

 

 

Repost 0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 13:36

 

Idées cadeaux Noël

 

Certaines de nos boutiques préférées ont mis en place des sélections cadeaux pour Noël : mode, accessoires, beauté, livres, gourmandises, tout tout tout pour se faire plaisir et pour le plaisir d'offrir.

 

Voyons de plus près... 

- Chez Asos on donne quelques idées cadeaux aux plus égoïstes comme aux plus généreux : idées cadeaux Asos. 

 

- Dans la traditionnelle boutique de Noël des Galeries Lafayette on nous fait luxueusement languir : boutique de Noël Galeries Lafayette.

 

- Et dans la boutique de Noël de MonShowRoom on trouvera de quoi renouveler sa garde-robe : boutique de Noël MonShowRoom.

 

A mon tour de vous faire part de ma petite sélection : du tatouage, des escarpins, des sacs superbes, des bonbons, des soins pour le corps et pour les cheveux sans oublier mes caprices à placer au pied du sapin (avis à toutes personnes me connaissant de passage par ici...). 

 

 

Idées cadeaux Noël

- Vernis à ongles Sinfulcolors : de 3,50 € à 9,90 € (hors kit manucure) aux Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Escarpins Orambo Mellow Yellow : 139,00 € aux Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Sac cabas Jet Set Chain Michael Kors : 275,00 € aus Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Cabas Vanessa Bruno : 225,00 € aux Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Bonbons à la menthe poivrée Mr Stanley : 4,95 € aux Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Pull ceinturé à pailettes Molly Bracken : 45,00 € aux Galerie Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Soin correcteur et sublimateur Instant Perfect Sisley : 41,90 € aux Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Epilateur durable lumière pulsée Tanda : 259,88 € aux Galeries Lafayette.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Boîte de soin du corps Beauticology : 16,44 € 13,01 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Livre "The Painted Lady" (explore les styles actuels de tatouage chez les femmes) : 13,69 €.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Carte postale Rosie Wonders avec tatouage éphémère inclus : 5,41 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Livre "How to Make Jewellery"  avec Tatty Devine (guide créatif décalé pour faire vos bijoux) : 17,80 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Porte-bagues oreilles de lapin 10,96 € chez Asos.

 

 


Idées cadeaux Noël

- Fer à lisser rose V Diamond ghd : 184,94 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Tigi Bedhead Kit S.O.S.  (soin de premiers secours pour les cheveux secs et abîmés) : 25,96 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- FatGirlSlim Lean Machine par Bliss (système pour sculpter le corps) : 164,39 € chez Asos.

 

 


Idées cadeaux Noël

- Lot de deux baumes à lèvres chouettes métallisées : 9,59 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Crème à la rose pour les mains exclusivités Asos - Anna Sui - Minnie Mouse : 23,29 € chez Asos.

 

 


Idées cadeaux Noël

- Coffret Beauty Delights - Andrea Garland : 61,65 € 49,32 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Beurre corporel 240g - Ice Cream : 8,22 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Bougie parfumée Rose & Co - Winter Wonderland : 16,44 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

- Ecouteurs dorés métallisé : 24,66 € chez Asos.

 

 

Idées cadeaux Noël

Porte clé pailleté See By Chloé : 39,00 € chez MonShowRoom.

 

 

Idées cadeaux Noël

Escarpins Raspberry noir coeur rouge : 65,00 € chez MonShowRoom.

 

 

Idées cadeaux Noël

Sac cartable Companiafantastica : 39,00 € chez MonShowRoom.

       

Voir aussi : 

Robe de fêtes 2013-2014 : "my little black dress".

Leopard touch : accessoiriser sa tenue de soirée.

Robes de soirée automne/hiver 2013-2014.

Tendances sacs automne/hiver 2013-2014.

Tendances vestes et manteaux automne/hiver 2013-2014.

Tendances vestes et manteaux automne/hiver 2013-2014.

Tendances pulls automne/hiver 2013-2014.

 

Bebarock

 

 

 

 

Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 17:06

 

Ma nouvelle vie de parisienne

 

Voilà maintenant 5 mois que j'ai quitté Paris pour Vendôme (Nan ! Pas Place Vendôme mais Vendôme !) On m'avait dit les yeux grands ouverts : " Tu vas vraiment vivre à la campagne?!!" car c'est con je sais, pour moi avant il était inenvisageable de faire ma vie ailleurs, aussi je faisais partie de ces parisiens qui stigmatisent vite les autres régions en "campagnes", comme si loin des rituels métro-boulot-dodo, des monuments et des boutiques chics, la vie devenait terne, morose, sans rythme. Et bien c'est complètement faux !

Ici (je vous parlerai de ma nouvelle ville prochainement), je me sens apaisée, zen et contrairement à beaucoup de parisiens qui partent en vacances en "campagne" pour se ressourcer, je reviens régulièrement à Paris pour le boulot, pour revoir des amis ou dès que j'en ai l'occasion. Je prends mes petites doses de Paris qui me semblent aujourd'hui indispensables, là où malgré tout très attachée à la capitale, celle-ci  avait le don de m'exaspérer au quotidien. Je reviens donc "chez moi" de temps en temps histoire de "faire le plein" et loin des yeux, près de mon coeur, je retrouve ma toute nouvelle vie de parisienne expatriée tranquille pénard !

 

Jeudi dernier, c'était pour la dédicace du livre  Tattooisme 2 que je me suis rendue à Artazart (dans le 10ème). Là, j'y ai rencontré des tatoués très sympathiques. L'ambiance était cool et le temps était propice à l'exposition (à noter que je ne dis pas exhibition...) de toutes formes d'oeuvres d'art encrées à même la peau :

Un biker qui...

Biker Tatoué

... kiffe grave la moto.

Biker Tatoué

 

 

Un beau couple...

Couple tatoué

féru de tattoo.

Couple tatoué

 

Couple tatoué

 

 

  "Sayuri Cacao" que j'ai eu le plaisir de rencontrer. Une artiste amoureuse du Japon dont je vous reparlerai aussi prochainement.

Sayuri Cacao

 

Sayuri Cacao

 

paris-12.jpg

 

Sayuri Cacao

 

La jolie Fanny.

Fanny

 

Frédéric Claquin, auteur de Tattooisme 1 et 2,

Frédéric Claquin

 

Frédéric Claquin

 

Chris Coppola co-auteur de Tattooisme 1 et 2

paris-6.jpg

 

Pour l'occasion, j'avais déniché une jolie paire d'escarpins roses (oui oui roses !) à lanière pour 15 € ! C'est aussi ça ma nouvelle vie de parisienne. J'y éprouve plus de plaisir. Les petites choses les plus simples, les petits moments conviviaux, la richesse de la diversité, cette facilité d'aborder les inconnus, même les stressés du métro... Je chéris tout ça bien plus qu'avant, sans doute parce que je ne baigne plus dedans. Et pour me rappeler ces moments passés en attendant ma prochaine virée parisienne, je décore ma cheminée de souvenirs, comme on le ferait avec des photos encadrées... 

Ma nouvelle vie de parisienne

 

Ma nouvelle vie de parisienne

 

Ma nouvelle vie de parisienne

Ma nouvelle vie de parisienne

Ma nouvelle vie de parisienne

Ma nouvelle vie de parisienne

Bebarock

Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:37

 

Angelina Jolie

 

Tout comme pour le crêpage de chignon, je me suis demandée si l'action de médire ou d'alimenter des commérages n'est pas à 80% une pathologie féminine. Inutile de me siffler ou de m'envoyer vos "Bouhhh!!!" les filles, l'école de la vie m'en aura suffisamment appris pour savoir que quel que soit notre statut, activité ou réseau social, nous finissons par dire tout haut ce que nous pensons tout bas ou par répandre tous bas ce que nous ne pensons même pas, dans une démarche qui vise à faire du mal, à se faire du bien, ou par pure pulsion manipulatoire. La question n'est donc plus de savoir si le fléau sévit chez nous, mais plutôt de comprendre pourquoi... 

 

 

Ton défaut qui fera de moi une femme un peu plus parfaite...

Pointer du doigt les défauts de l'autre et appuyer dessus comme une pustule remplie de pus prêt à exploser (dégueu hein...), c'est nier ses propres problèmes d'acné. Tout un art qui détourne malicieusement le regard de ses complexes les plus intimes.

Bree Van de Kamp

Pire encore, prendre du plaisir à critiquer l'autre sans pitié dans une autosuffisance proche du complexe de supériorité : "Je pense que tu es plus nulle, donc je suis la meilleure..."

Seulement voilà, personne n'est parfait, et quand les faiblesses des unes font la force des autres, les faiblesses des unes les rongent tellement de l'intérieur qu'elles se sentent obligées de bouffer les autres...

 

 

Manque de confiance ?

Le manque de confiance en soi pourrait donc être l'une des raisons de cette calamité-dite "langue de pupute", ou le besoin obsessionnel d'être parfaite en toutes circonstances. Prenons un miroir par exemple, on s'y voit soi-même avec nos charmes et nos défauts, avant de se focaliser sur le moindre défaut. Ces mêmes défauts fictics ou bien réels qui peuvent passer complètement inaperçus au regard d'autrui se dissimulent malheureusement derrière un comportement d'aigritude redondant qui ne tolère aucun défaut, car encore faudrait-il accepter ses défauts pour percevoir ses qualités.

 

 

Moi jalouse ?

On dit des femmes qu'elles sont d'éternelles rivales. D'ailleurs tout notre fashion-system est alimenté par la jalousie : s'exposer sous son meilleure profil avec les meilleurs outils derniers cris. Ce cercle vicieux aurait sans doute pu rester futile s'il s'en tenait aux apparences mais il tournoie malheureusement dans tous les domaines et dans tous les milieux.

Je ne suis pas jalouse !


Ainsi les collègues de bureau, les mamans de l'école, les cousines et les copines ne se livrent pas seulement une modesque guéguerre sans merci, mais ouvrent la porte à moult compétitions stupides et incompréhensibles à l'oeil masculin souvent pris dans la tornade:

- Mais tu n'vois pas qu'elle fait ça pour me faire chier ?!

- Hein, quoi ? Heu... oui oui chérie..."

 


Avec moi ou contre moi !

Et ça, ça commence tout petit ! Les garçons jouent entre eux, forment des groupes, tandis que les filles jouent entre elles et forment des clans. Je le vois bien dans l'école de ma fille tout comme je l'ai vécu moi-même à l'école. Les garçons peuvent se battre puis on en parle plus, les filles jacassent et se pourrissent l'existence ! Les "Tu veux jouer avec moi ?" se poursuivent en "Toi, tu joues pas avec moi !" pour finir en tribus féroces au collège et au lycée.

Un comportement qui se développe avec l'âge, dans une maturation sexuelle qui s'approprie l'autre et l'autorise à arborer les mêmes codes comportementaux que lui, là où le moindre écart est perçu comme de la trahison. Mais une fois adulte, ces crises pourtant propres à l'adolescente ne tolèrent pas non plus que vous soyez l'amie de leurs ennemies. 

 

 

C'est de la faute aux hommes ?

Notre société est misogyne ? Ok, mais qui sont les misogynes ? L'union fait la force mais nous ne sommes pas tout à fait solidaires ! Une jolie femme compétente a bien plus de chance d'être employée par un patron que celle qui sera moins jolie. D'une autre point de vue tout à fait objectif, une jolie femme compétente a moins de chance d'être employée par une patronne que celle qui sera moins jolie. Eh oui... le regard des hommes ne nous est pas suffisamment indifférent pour accepter que ceux-ci voient l'autre plutôt que nous, aussi nous établissons des comparaisons d'emblée dans une perpétuelle compétition sexuelle où la séduction devient l'arme fatale de la réussite. Du coup, le jour où une potentielle rivalité débarque au coeur d'une niche majoritairement régie par les hommes, tous les coups sont permis pour éradiquer la concurrence. Si si, de même que les hommes peuvent manipuler pour assouvir leur propre plaisir primitif dominatoire, les femmes se complaisent à vouloir rester leurs exclusivités en manipulant à leur tour... Peut-être serait-il temps de changer notre fusil d'épaule, non ?

 

Bebarock

 

 

Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 10:18

 

Arthur Elgort

 

Je trouve que les photos des magazines nous apprennent trop peu à nous aimer, que les clichés sponsorisés sont trop souvent si lisses, si parfaits, si artificiels, qu'ils idéalisent dans le mauvais sens la féminité, et qu'ils provoquent par conséquence des complexes qui n'ont pas lieu d'être pour nous renvoyer à des objectifs de beauté irrationnels. 


Mais parmi tous les photographes qui capturent les femmes, Arthur Elgort révèle les beautés de façon si authentiques et l'on s'y retrouve tellement plus, que j'ai souhaité partager avec vous en ce jour de Saint-Valentin où l'on célèbre l'amour bien plus que les amoureux, la magie que dégage chacun de ses clichés.


Célèbre et reconnu pour ses multiples collaborations avec le magazine Vogue, Arthur Elgort ne se contente pas de photographier. Mannequins, danseuses, célébrités... la femme selon Arthur est plus que sublimée sous son objectif qui capture les beautés et les instants, avant de libérer plutôt que d'emprisonner. La femme redevient alors femme, semble assumer ses humeurs et ses émotions, reprend son réel pouvoir de séduction, là où l'artiste exacerbe l'évidence...

Je vous laisse en images et en émotions.

 

 Arthur Elgort

 Arthur Elgort

Arthur ElgortArthur ElgortArthur Elgort

Arthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur Elgort

Arthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur Elgort

Arthur ElgortArthur ElgortArthur ElgortArthur Elgort

Arthur Elgort Arthur ElgortArthur Elgort

Arthur ElgortArthur ElgortArthur Elgort

Arthur ElgortArthur Elgort

Bebarock

Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 23:36

 

      Marine Lorphelin (Miss Bourgogne) élue Miss France 2013

 

Et Miss France 2013 est...  Marine Lorphelin, Miss Bourgogne !  A 19 ans cette étudiante en médecine d'1m77 succède à Delphine Wespiser et évince ses 32 autres concurrentes pour représenter la beauté à la française pendant un an.

Diffusée en direct sur TF1 et orchestrée par Jean-Pierre Foucault, c'est une fois de plus sous l'oeil attentif de Sylvie Tellier (sublime en robe mulet rouge) que l'élection de Miss France a eu lieu sans Geneviève de Fontenay (Comment elle doit encore l'avoir mauvaise...). Bref.

Miss France 2013

 

Au côté du président Alain Delon : Mireille Darc (vice-présidente),  Adriana Karembeu, Nikos Aliagas, Frédéric Diefenthal, Alexandra Rosenfeld et Camille Muffat ont complété le jury et sélectionné les 12 demi-finalistes du concours avant de passer le relais aux votes des téléspectateurs.

 

Marine Lorphelin remporte en plus de sa couronne une ribambelle de cadeaux dont une télévision écran plat, une montre Charriol sertie 144 diamants, une parure Julien d'Orcel,  une Peugeot RCZ et un voyage à l'Île Maurice...

Miss France 2013 Marine Lorphelin


Bebarock

 


Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 15:34

 

The Walking Dead

 

 

Jusque-là je n'avais point pensé faire partie de la catégorie "public sensible". Pourtant à la vue du succès de la série "The Walking Dead" il faut que je me rende à l'évidence : je ne suis pas dans l'coup ! Si si parce que les zombies c'est le phénomène "in" du moment, le rendez-vous apocalyptique qui avant de nous tomber dessus pour de vrai fait sensation sur tous nos écrans. Alors évidemment, le mythe bien moins sexy que celui du vampire n'est pas récent, mais il fait fureur aujourd'hui plus que jamais et suscite bien d'horribles fantasmes...

 

Allongée sur mon canapé le mois dernier, claquée après avoir maté une énième fois Wesley Snipes dans la peau de "Blade", c'est avec effroi qu'au réveil, j'aperçois un tronc "humain" déchiqueté (MAIS C'EST QUOI CE BORDEL PUTAIN ?!) qui se ballade, rampant en plein milieu de mon écran de télévision.

The Walking Dead

D'abord j'ai envie de gerber, ensuite ma curiosité morbide me poussera à regarder cette chose jusqu'au bout, puis de fil en aiguille, un épisode, puis deux, puis trois... puis toute la saison...


Le titre de la série : "The Walking Dead", adaptation du comic signé Robert Kirkman. J'en avais déjà entendu parler aussi je savais que les zombies étaient infiltrés partout depuis bien longtemps. Littérature, BD, Mangas, jeux, séries, films, même à la Une du web... les morts-vivants qui appartenaient jadis aux rituels vaudou évoluent en même temps que nous et envahissent tous nos supports...

The Walking Dead


Telle est prise qui croyait fuir...

Le concept du zombie qui se nourrit de chair humaine est tellement dégoûtant (quoi que pas aussi dégueulasse que celui du bien plus récent "Human Centipede"), qu'au grand jamais je ne pensais l'humain fasciné au point d'en créer d'incessants succès...

The Human Centipede

En même temps entre "The Walking Dead" et "Twiligtht", je me demande s'il ne vaut pas mieux s'intéresser au phénomène zombie du moment qu'au phénomènian-nian du grand écran.

Soit. La série est gore bordel mais il y a cette sorte de suspense où tu te demandes "comment vont-ils s'en sortir ?" et où ta curiosité va te pousser à TOUT regarder : "WTF!!! Il va s'faire bouffer ! Putain, j'veux pas voir ça ! Ah enfin il prend la fuite ! Oh puis merde je regarde encore..." 


Dans ce cercle visqueux je cherche à comprendre : Pourquoi tant de fascination ? Faut-il vraiment aborder le zombie sous un angle philosophique ou cherchons-nous simplement à satisfaire et à complaire notre curiosité et notre côté glauque à la vue de quelques boyaux ? 

 

      Bebarock

Repost 0
Published by Be BaRock - dans Exclusively feminine
commenter cet article

Recherche

FR New Season 300x250 AlessParis offre une large sélection de robes de mariée pour rendre la journée inoubliable. Que vous soyez la mariée, une demoiselle d'honneur ou un invité, vous trouverez une plus belle robe sur mesure à un prix
Commandez votre Robe pour Mariage ici! | Alessparis

     


selectionneparelle.jpg