26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 09:01

Günter Wallraff

 

Hier soir Arte diffusait "Noir sur Blanc", un documentaire sur le racisme en Allemagne, suivi d'un débat avec Lilian Thuram

 

Très révélateur de certaines mentalités et surtout très accablant, ce reportage réalisé par Pagonis Pagonakis et  Susanne Jäger mettait en scène le journaliste allemand Günter Wallraff, l'auteur de cette investigation .

    

    

Glissé dans la peau d'un noir à l'aide d'une perruque crépue et d'un maquillage bluffant, Günter Wallraff s'infiltre dans son propre pays et fait face au racisme, à la haine, à l'ignorance, au dégoût, au rejet, au mépris, à la violence verbale... voire physique . 

C'est donc dans un monde rempli préjugés que Günter va se ballader pendant un an, car pendant un an, il sillonnera l'Allemagne déguisé en "Kwami Ogonno" , un Somalien qui parle très bien l'allemand mais qui ne se verra pas traité comme un Allemand blanc .


 Il est vrai que la meilleure méthode pour évoquer objectivement le racisme quand on ne sent pas visé, c' est encore de le regarder de l'intérieur, pour mieux le ressentir et peut- être pour tenter d'expliquer l'inexplicable, mais là encore, des questions restent en suspens: En quoi la couleur d'une peau détermine t-elle la gentillesse, le savoir-vivre, l'humanité,  le droit de vivre à un endroit plutôt qu'à un autre ?

Parce que pendant les 6 mois qui suivront son infiltration , Günter Wallraff fera des cauchemars, des chauchemars liés à l'enfer qu'il aura vécu dans la peau d'un homme noir qu'il n'est pas :

 Une bijoutière qui ne le laissera pas tenir une montre pour l'essayer, un bar qui n'ouvrira pas ses portes, un groupe de retraités qui accéléreront le pas lors d'une randonnée, des gens dans la rue qui se retournent,     rigolent, l' insultent. Une femme qui refuse catégoriquement les "nègres" dans son immeuble, une policière qui le sauve dans un bus de 600 fans de foots ivres,  des refus de discuter intelligemment... la liste est longue , mais peu significative comparée aux 82 minutes choquantes de ce reportage où peu de bonnes anecdotes en ressortent .


 

Aussi lui fera t-on la suggestion de quitter le pays: "Ce pays est fait pour les blancs" , "Va bosser mais pas ici" . On doutera notamment de ses capacités intellectuelles à lire un menu malgré une élocution allemande parfaite : "Peut-être qu'il ne sait pas lire ?"  

On s'en prendra à l'essence-même de ses origines : "On ne veut pas de nègre" , "C'est une culture trop différente de la notre" , "Il était aussi noir que Will Smith", " Et puis ses cheveux...j'arrête pas d'y penser" .

Sans parler de la peur propre à l'ignorance : " Cueillir des mûres? Tu parles, il veut sûrement autre chose !"

 

 

 

D'où naissent les préjugés?  Car aujourd'hui les cultures et les origines sont souvent associées à des préjugés. Un arabe ou un noir à la délinquance, un chinois à la bouffe pas nette,  un juif à l'argent,....des préjugés qui traversent les générations là où il y à quelques décennies, les cités du 9-3 n'existaient pas. Et dans la vraie vie, des flics noirs en France il y en a plein , et les Chinois savent aussi manger les hamburgers dégueulasses des fast foods bien occidentaux .

Si les mentalités semblent avoir évolué, le racisme reste cependant une tumeur bien présente et Günter Wallraff nous plonge au coeur même du problème -un problème- qui n'existe pas seulement en Allemagne et qui ne concerne pas tous les blancs car tous les blancs ne sont pas racistes et le racisme ne vient pas seulement des blancs .


Hier soir, entre Harry Roselmack en immersion à la ferme et Günter Wallraff en immersion au coeur du racisme il y avait un monde, mais surtout il y a un grand pas, celui d'une fraternité humaine qui on l'espère, ne cessera de progresser ...

 

 

Retrouve "Noir sur Blanc" sur Arte (rediffusion) le 28 janvier à 10h50 ..."

 Si ça t'intéresse :

 

 

Et tous les "hommes de la semaine ici"

Bebarock

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

isa 28/01/2011 16:58


Peut être qu'il faudrait diffuser ce reportage dans les écoles pour faire réfléchir dés le plus jeune âge....
Bon week-end .
Isa


Be BaRock 28/01/2011 17:15



C'est vrai et c'est une bonne idée ... Ce reportage m'a touché parce que l'Allemagne est un pays que j'aime beaucoup .Et le racisme ne semble pas bondir à première vue , comme dans tous les pays
d'ailleurs . De plus, ce n'est pas un fléau étendu partout dans le pays .


En revanche , je ne suis pas sûre que ce reportage fasse l'unanimité auprès du corps enseignant . Ca me fait un peu penser à cette histoire de deux poissons mâles qui s'aiment . Un dessin
animé diffusé dans certaines écoles pour la tolérance des homosexuels et qui avait suscité la polémique .


Dans ce cas précis où Güinter Wallraff dénonce le racisme , la leçon est bonne à tirer avec 82 minutes vraiment tristes et choquantes , mais nulle doute que cette leçon de tolérance passera par
la stigmatisation de l'Allemagne ...



Mia Terra latina 26/01/2011 10:17


J'ai lu son livre "tête de turc" ( sorti il y a longtemps ), il s'était fait passer pour un turc à l'époque. C'était bluffant ! ;-)


Be BaRock 26/01/2011 10:22



Hallucinant c'est vrai ...mais dur, dur le constat de ses enquêtes :  (