12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 17:13
  "Quoi que fassent les femmes avec leurs cosmétiques, elles ne peuvent rien sur ces incorruptibles témoins de leurs agitations. Là chacune de leurs années a laissé ses stigmates." - Honoré de Balzac / photo : Lodovicus Nym.

"Quoi que fassent les femmes avec leurs cosmétiques, elles ne peuvent rien sur ces incorruptibles témoins de leurs agitations. Là chacune de leurs années a laissé ses stigmates." - Honoré de Balzac / photo : Lodovicus Nym.

Face à l'objectif des photographes, je ne me suis jamais sentie embarrassée par mes marques de femme et de mère, en revanche, j'avertis toujours les artistes avec lesquels je collabore : "Je suis maman et j'ai allaité ma fille trois ans, ne vous attendez pas à un corps de jeune fille."

 

Ca n'est pas par crainte ou par pudeur, mais au-delà d'une franchise qui me semble indispensable quand je vais être photographiée, je veux savoir que le photographe se sent parfaitement à l'aise avec sa modèle... Certains d'entre eux font le choix de me garder telle quelle, d'autres font le choix de me retoucher, peu m'importe, l'un ou l'autre ne me dérange pas du tout parce que je respecte profondément l'esthète derrière son ambition.

 

J'ai pensé jusque-là avoir juste atteint le summum du je-m'en-foutisme car après-tout, qu'est-ce qu'on s'en fout...  mais la société me rappelle que d'innombrables femmes, premières visées car, premières "atteintes" (70% de femmes enceintes ont des vergetures), se sentent mal dans leur peau à cause de ces fissures, reflets d'une certaine fatalité évidemment liée aux femmes, même si les prises ou pertes de poids fissurent aussi la peau des hommes. 

 

Dans mes présents propos, je ne veux pas me plonger dans un discours féministe, ni même revendicatif qui tendrait à faire l'apologie des vergetures au féminin comme des cicatrices de survivante à exhiber ou à brandir, par contre, j'ai énormément de recul vis-à-vis de l'opinion des autres et de la perception de chacun, aussi si je devais argumenter sur le sujet, mon raisonnement inviterait à concevoir les vergetures comme une normalité d'un corps qui vit et non pas comme le symptôme de négligences, comme un chemin que notre corps a emprunté, pas comme une catastrophe. Sans doute que je ne suis pas objective dans ce qu'on pourrait qualifier de chance, là où mes vergetures dorées qui se confondent dans ma peau chocolat restent relativement peu nombreuses et donc assez discrètes, mais la dévalorisation se situe à mon sens d'abord sur la concentration d'éléments qui ne définissent certainement pas un tout, tandis que l'acharnement social à valoriser le corps "parfait" engendre la culpabilisation, multiplie les complexes et dans tout ça, on s'oublie, accueillant pour réalité l'idéalisme. Des prototypes qui n'ont pas campé dans mon esprit de femme, de mère et même de modèle parfois retouchée, car j'ai appris à me concentrer sur des essentiels, à visualiser un ensemble plutôt qu'un idéal, à accueillir la vie de mon corps et son passif quoi qu'en pensent les autres, à tolérer la préférence des photographes parce que de toute façon je me sens bien dans ce corps. 

 

Et puis ce que nous appelons perfection n'existe pas, néanmoins, la nature a offert à notre corps le pouvoir de s'étirer, parfois au-delà de ce que nous pensons être la limite ou la perfection et c'est un corps que l'on doit continuer de chérir, de soigner et d'aimer, quelle que soit la tournure qu'il prend, quelles que soient les "blessures" qu'il possède. 

 

Le regard de n'importe qui pourrait bien croiser une vergeture qui dépasse de mon bikini l'été que jamais je ne me sentirais ni honteuse ni complexée, mais ce regard quoi qu'il pense, me rappellera surtout avec fierté ma grossesse et ma fille qui est en pleine forme aujourd'hui parce que je m'étais justement donné le temps de prendre soin de moi avec la conscience cependant de ne jamais pouvoir paralyser la nature. Mon fiancé me caresse partout et jamais dans son regard je n'ai vu un quelconque recul. Il me chérit mon corps et moi, mon âme et l'histoire de cette âme, il sait et voit que j'ai une perception réaliste, avec ou sans Photoshop, avec ou sans culotte taille haute, que je sais que mes vergetures sont là, que je ne cherche ni à les exhiber ni à les cacher, mais que j'accepte d'être et de raconter toutes les femmes qui sont en moi, avec mon vécu, mes émotions, mes humeurs, mes futilités, mes folies artistiques ou superficielles de l'instant, mes revendications du moment, sans jamais oublier, négliger, regretter ou fustiger l'une de ces femmes qui ont façonné celle que je suis.

 

Be BaRocK

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Candice 23/11/2018 02:36

Très bel article, très intéressant et bien écrit. Je reviendrai me poser chez vous. A bientôt.

 

"STIGMATES"

par

Loïc Guston

Be BaRocK by Loïc Guston / Photographie / Stigmates / Exposition / Mellyza Pineau / Melyssa Pineau

 

 

News

"Le Secret"
LeTroisièmeOeil

Be BaRocK  by Philippe Des Francs Muriers

Model / Photography / French / Inked / Melanin / Women / Black woman / Be Barock / Bebabrock

 

Festivités

#Pseudechis

Be BaRocK  by Yes Photographies

Model / Photography / French / Nude Art / Inked / Melanin / Women / Black woman / Be Barock / Bebabrock

 

"Unbewusste"

#LaPossédée...

Be BaRocK  by Ornicar Photographie

 

Model / Photography / French / Nude Art / Inked / Melanin / Women / Black woman / Be Barock / Bebabrock

LA FOI

Be BaRocK  by Elfe Photographie

Be BaRocK  "Erzulie Dant

ABOUT ME

Be Barock

 

     

selectionneparelle.jpg